lundi 20 mai 2013

L'urgence de partir

Je suis rentrée à Auroville comme prévu, après avoir découvert un lieu extraordinaire, Dharamsala, une colonie Tibétaine où est installé le Dalaï Lama. J'ai découvert la vie des réfugiés tibétains, été bénie par un Rimpoche, pris un cours d'initiation au bouddhisme dans un centre de médiation, dans les montagnes, où règne une atmosphère si paisible que cela réduit au silence. Bref, j'y étais bien, et les quatre jours que j'y ai passés m'ont semblé être plutôt quatre semaines ! Un étrange sentiment m'animait quant à mon retour à Auroville, je sentait que je ne devais pas y retourner maintenant. Mais je m'y étais engagée, je devais aussi profiter d'un ami qui allait partir six semaines en France. J'avais prévu de garder la maison d'un autre ami, et de donner un coup de main dans une librairie. Quelle erreur d'avoir pris de tels engagements ! Dès mon arrivée, déjà, la chaleur a été très difficile à supporter : je n'y suis pas habituée. Si ça n'avait été que ça, il aurait seulement fallu quelques jours d'adaptation. Je me suis installée dans la maison il y a une semaine, et alors quelque chose m'a complètement plombée, impossible de lire ou d'écrire, juste l'envie de fuir. Que faire, respecter ma décision d'il y a plus de deux mois, alors que j'étais très enthousiaste sur le moment à propos d'Auroville parce que ça m'apportait exactement ce dont j'avais besoin ? Certaines conditions ne m'avaient pas été précisées sur le moment (la chambre avec la clim ne me serait pas laissée ouverte par exemple...). J'étais mal, pendant plusieurs jours je ne savais sur quel pied danser. Quelque chose dans l'air me parait très lourd, et ce n'est pas une question de température... je suis très sensible aux énergies des lieux, et là, ça n'allait pas du tout ...Je commence à compter les semaines, les jours, qu'il me reste en Inde avant mon retour en France : moins de six semaines maintenant. L'angoisse de regretter le choix trop facile de rester dans un lieu connu, dans un grand confort, et de ne pas aller dans les lieux que j'ai envie de découvrir. Je n'ai pas vu un dixième de l'Inde, et c'est normal, mais rester ici pour ces six dernières semaines m'a soudain Et alors avant-hier, j'ai paru grotesque. Alorsj'ai pris la décision que non, ça ne me convenait pas, ce n'était pas ce que je souhaitais emporter comme image d'Auroville et de la fin de mon voyage. Avant-hier, j'ai décidé d'écouter ça, malgré ma raison qui me martelait "Reste, tu t'es engagée". Nous avons trouvé des arrangements avec les autres personnes de la librairie, et le voisin qui s'occupera du chat de la maison. Depuis je me sens heureuse, très excitée à l'idée de reprendre la route, pleine d'énergie. J'ai l'impression d'être encore plus enthousiaste que lorsque je suis partie en septembre ! Savoir que je vais encore faire face à l'inconnu, tout est absolument possible, une belle rencontre, une belle expérience, l'Inde s'ouvre à nouveau à moi, quel bonheur ! J'ai donc arbitrairement décidé de partir jeudi soir, pour Madurai, puis j'ai trouvé une retraite bouddhiste pour quelques jours, puis j'ai d'autres jolis projets de lieux dont je vous parlerai lorsqu'ils se confirmeront (une chose est absolument certaine : je remonte à Dharamsala !) L'urgence de suivre mon coeur était si forte que je me devais de lui être fidèle, malgré tout ! Je refais ma valise pour la millième fois, avec beaucoup de plaisir et d'excitation, l'idée des heures interminables de train ou de bus m'enchante. J'ai pris la bonne décision, c'est évident. Je n'en dors presque plus, j'ai l'impression d'avoir 5 ans et de savoir que demain on part à Disneyland ! 
Rendez-vous sur Hellocoton !

10 commentaires:

  1. Merveilleux! Tu as bien fait Blanche, profite bien de tes dernières semaines en Inde ;)

    RépondreSupprimer
  2. Réponses
    1. Merci Corinne! J'espere que tout va bien pour toi!

      Supprimer
  3. C'est toujours une jolie joie de te lire Blanche ! Profite de ces moments, tu sembles aller très bien, j'en suis plus que ravie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup chere Submarine! je vais bien oui, tres bien!

      Supprimer
  4. Profite à fond et continue à communiquer ton énergie, mais quoi qu'il arrive, écoute toi et tes envies car une fois rentrée en Europe, la pression de la vie occidentale ne te permettra plus ce luxe aussi souvent.

    RépondreSupprimer
  5. Auroville est vraiment un endroit très particulier. Cela va paraître un peu illuminé, mais je crois qu'elle t'a fait sentir que tu ne devais pas rester là, qu'il te fallait partir. Surtout pour Dharamsala, j'en rêve :)
    (et sinon, moi qui n'ai pas trop aimé l'Inde du sud, j'ai tout de même apprécié un passage à Cochin et à Hampi qui m'ont vraiment plu.) Bonne fin de séjour en tout cas.

    RépondreSupprimer
  6. Tu parles de Dharamsala et il me semble l'avoir lu ailleurs...
    Cet endroit a l'air très "mystique", sprituel, je comprends ton attirance !
    Je me demande si cette oppression que tu as ressenti dans cette maison n'est pas relative à l'oppression de retrouver une stabilité, un endroit fermé, un foyer... J'ai lu le Manisfeste Vagabond de Blanche De Richemont, et c'est extrêment riche en philosophie... sa vision de la fuite du foyer où que l'on soit m'effraie personnellement, mais c'est un sujet si vaste en discussions que je ne vais pas me lancer ici ;)

    RépondreSupprimer
  7. Fidèle à toi-même et au vent qui te pousse. Va ton chemin, Blanche!

    RépondreSupprimer

Pour laisser un commentaire, si vous n'avez pas de profil google ou de blog, cliquez sur le menu déroulant et choisissez "Nom/URL" : vous pourrez mettre votre nom ! (les commentaires "anonymes" sans signature ne seront plus publiés)