samedi 13 octobre 2012

Bilan après un mois en Inde

Me voilà en Inde depuis un mois ! C’est fou, j’ai l’impression que cela fait une vie entière que je suis partie ! Quand je pense à ma vie française, je la sens proche et terriblement loin à la fois. Je ne sais déjà plus quel goût ont la salade, le chèvre et le jambon, je sais juste que ça me manque. Je commence à me perdre dans les jours de la semaine et dans les dates. Mes repères ont été balayés au moment où j’ai posé le pied à Delhi le 16 septembre. Tout est différent, à réinventer en permanence. Chaque pas est une aventure, une découverte, une rencontre. La vie ici va à mille à l’heure et pourtant tout est d’une lenteur effroyables pour nous, français pressés. Les indiens vivent dans une langueur qui nous ferait sortir de nos gonds à Paris, ferait surgir des pulsions meurtrières (encore plus que celles qu’on peut avoir à la Poste parfois ou dans le métro). Alors je m’adapte, je prends le pli indien, la démarche, la façon de m’adresser à chacun. Malheureusement je ne baragouine que quelques mots d’hindi mais déjà lorsque je négocie mon kilo de bananes à un prix local en hindi, je sens un peu plus de respect. La négociation, parlons-en. Tout n’est que marchandage : c’est le sport national. Si on ne marchande pas, les vendeurs ne sont pas contents. Parfois je me demande s’ils ne font pas exprès de demander un prix exorbitant parce qu’ils espèrent jouer un peu à la marchande. J’en suis sûre même, car ils ont souvent ce sourire enfantin en coin, et lorsqu’on rit de l’énormité qu’ils viennent de sortir, ils sont hilares et commencent à être sympathiques. Sacrés indiens. Il arrive d’avoir affaire à des gens absolument exécrables, ou encore des fainéants qui n’ont pas envie de travailler et refusent que vous montiez dans leur rickshaw. Il n’est pas rare de voir un employé de bureau ronflant les pieds sur la table, dormir parce qu’il était fatigué. Etrangement, je n’imagine pas mon banquier faire ça, surtout si on le voit de la rue. Ici les gens suivent le rythme de leur corps, et dorment dès qu’ils sont fatigués : on peut voir des femmes faire la sieste sur le trottoir (quand trottoir il y a). Vous imaginez votre mère faire ça ? J’ai découvert également, contre toute attente, que les indiens mangent environ toutes les deux heures et se font franchement plaisir ! Tout est excuse à manger ou boire de bonnes choses : après avoir psalmodié des chants religieux dans leur temple, les femmes mangent des sweets (délicieuses patisseries faites de beurre, sucre et d’autres choses que j’ignore) et de la poudre de noix de coco sucrée absolument divine. Rien à voir avec nos hosties sans goût ! On boit du chai à tous les coins de rue, on mange parfois des snacks à n’importe quelle heure, et ce n’est pas une pomme comme par chez nous mais plutôt un bon samossa bien chaud ou des petits piments frais (pour ma part, j’évite).
En un mois, je suis allée à 9 endroits différents, mais je n’ai pas couru comme on pourrait se l’imaginer, j’ai dédié le temps nécessaire à chaque lieu. Et puis je l’ai dit, ici le temps est complètement distendu, les distances parcourues sont inimaginables (six heures de train pour faire 250 km). J’ai passé les deux premières semaines seule : Delhi / Jaipur / Amber / Bundi / Chittorgarth. Dans chacun de ces endroits, j’ai rencontré d’autres voyageurs ainsi que des locaux. C’était vraiment chouette. Puis j’ai retrouvé Laure (qui a déjà passé 6 mois en Inde l’an dernier et qui est revenue parce qu’elle avait eu un goût de trop peu) à Udaipur et ensemble nous sommes allées à Ahmedabad, Anand, et nous voilà à Diu.
Il m’est arrivé pas mal d’aventures, entre un singe qui a voulu m’attaquer, un buffle qui m’a chargée à cause de mon pantalon rouge, 45 km en vélo à travers la campagne Rajasthani, une baignade dans des grandes chutes d’eau avec 30 indiens qui me regardaient, des familles qui m’ont nourrie à ne plus en pouvoir, parfois en me mettant la nourriture directement dans la bouche. J’ai gravi une colline et escaladé un fort, fait de la peinture miniature sur soie, appris une vingtaine de recettes de cuisine typique, me suis enfuie d’un barbecue alcoolisé avec des tibétains, d’une soirée enfumée où les lassis étaient mélangés à du hachisch, j’ai déjà passé des dizaines d’heures dans les transports (et n’en suis qu’au début), eu des discussions passionnantes avec un jeune homme qui sillonne le monde depuis 10 ans, j’ai fait faire des habits par un tailleur qui ne parlait pas un mot d’anglais, répondu au moins mille fois aux horribles questions « vitch contrly, yur naime ? », j’ai été coiffée par des mamans indiennes, porté des bébés qu’on m’a mis dans les bras, été invitée à manger chez de parfaits inconnus (pas de panique, je n’y suis pas allée ! Mais les mamans indiennes ici n’attendent qu’une chose : vous nourrir ! De vraies mères juives !), j’ai dit un nombre incalculable de fois que j’étais mariée pour qu’on me fiche la paix, et encore tellement d’autres choses ! Pourtant, pas une minute je ne me sens en vacances, bien au contraire ! Ici mes sens sont tout le temps en éveil, je n’ai pas une minute de repos. J’apprends, encore et toujours, sur ce peuple aux traditions passionnantes, et puis sur moi-même aussi. J’avais senti que ce voyage serait mon voyage initiatique, et bien je peux affirmer après un mois ici que c’est le cas !
Je n’arrive pas à écrire régulièrement ici, j’en suis désolée mais les connexions sont assez compliquées et je ne trimbale pas mon ordinateur partout, au contraire je préfère vivre chaque moment ; par contre j’essaye de tout consigner dans mon journal pour un jour retrouver mes émotions et sentiments authentiques presque captés sur le vif. Les débuts ont été difficiles mais j’ai peu à peu trouvé mes marques, compris certains fonctionnements, développé une ouïe sélective, fait de belles rencontres même furtives, qui m’ont ôté l’envie que j’avais de rentrer pour aller plus loin, continuer la route, continuer le voyage !


Rendez-vous sur Hellocoton !

16 commentaires:

  1. Je suis ravie pour toi, continue ! C'est quoi la suite du "programme" d'ailleurs ?
    Sinon sur ce que tu dis du temps et de ses paradoxes en Inde est si juste...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pardon à tous de ne pas avoir répondu plus tôt !!
      Du coup, là, un mois à Varanasi avec une excursion à Bodgaya, puis direction le Sud !!

      Supprimer
  2. Ce récit est passionnant Blanche! Hâte de lire la suite!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Marinette ! et voilà, la suite est en ligne !!

      Supprimer
  3. Bonne adaptation là-bas. Je comprends tout ce que tu dis : le fait de se sentir loin et proche à lafois de la vie parisienne, les petites choses qui nous manquent, etc. Et cette hoistoire de marchandage me fait rire car ici c'est pareil, on marchande tout ! Bonne découverte !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Corinne ! oui, j'imagine bien que tu as vécu à peu près la meme chose en arrivant à Madagascar!!

      Supprimer
  4. Merci pour le partage de vos impressions de voyage, c'est un plaisir de vous lire !

    RépondreSupprimer
  5. Tes dernières lignes font plaisir à lire, bravo et continues de profiter de chaque instant de cette aventure indienne qui ne fait que commencer!!! Gros bisous Blanche ;o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci merci à toi !! Je proite de chaque moment, ça c'est certain ! C'est tellement précieux de pouvoir faire un tel voyage! gros bisous!!!
      et toi au fait, la vie toulousaine ??

      Supprimer
  6. AH enfin de tes nouvelles,
    prends soin de toi,

    RépondreSupprimer
  7. WOW c'est super!!! je connais ça cette langueur incroyable, on la trouve aussi dans un pays comme Madagascar..mais au final on s'y fait et ça fait beaucoup de bien...c'est le retour qui est difficile après ;-) Reviens vite nous donner des nouvelles et des photos!! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, le retour risque d'être très dur, mais je le savais avant meme de partir!! on verra, c'est dans 8 mois :-D
      Pour les photos, direction facebook ! bisous!

      Supprimer
  8. Blanche, félicitation, ton post m'a vraiment fait ressentir ce que tu vis, bravo bravo bravo!!

    Je te souhaite que du bonheur, tu as fait tellement de choses en 1 mois !! C'est juste super, continue et surtout, soit prudente!!

    Grosses bises d'Istanbul

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Pel, je suis ravie d'avoir pu réellement faire ressentir mes impressions!!! Et toi comment vas tu?? Sois aussi prudente à Istanbul! Gros bisous!!

      Supprimer

Pour laisser un commentaire, si vous n'avez pas de profil google ou de blog, cliquez sur le menu déroulant et choisissez "Nom/URL" : vous pourrez mettre votre nom ! (les commentaires "anonymes" sans signature ne seront plus publiés)